LA 

MANADE

Dans les années 50, Paul Ricard créé sa propre manade et bâtit des arènes en dur. Méjanes accueille alors des novilladas, corridas et surtout des courses libres. La marque à feu de la manade, le trèfle à quatre feuilles, représente la croix du domaine de Méjanes.

Les taureaux

Nombre de jeunes ont fait leurs débuts à l’école taurine dirigée par le raseteur Francis San Juan. Dans les années 60, la Royale de Ricard est composée d’ADJUDAN, TAMBOURIN, et du redoutable cocardier FOURMIGO vainqueur de la cocarde d’Or en 1966.

Les spectacles espagnols prennent le dessus sur les activités camarguaises et Pierre Guillot, alors régisseur du Domaine, vend le cheptel.

Au cours de l’hiver 1980, Eugène et Xavier, fils de Pierre Guillot, découvrent quelques veaux égarés de la manade Laurent. Ces veaux seront à l’origine du nouveau cheptel puisque la manade Laurent les leur a offerts. La sélection est rigoureuse et les résultats rapides.

PACIFIC sera le premier à se faire remarquer. MEJANAIS viendra ensuite. SARCELLE est élue Cocardière d’Or à quatre reprises (2001, 2002, 2004 et  2005). Actuellement CHIVAS est le porte-drapeau de la manade. KALUA, qui avait participé à la finale des Courses de Protection à Saint Christol en 2005 confirme au Trophée de l’Avenir, notamment à Villeneuve-lès-Maguelone et Sommières. Les taureaux jeunes présentés lors de la fête de Sommières en 2007 ont remporté le Prix de du meilleur Lot. Parmi eux, le n°240 aux envolées très spectaculaires, a participé à la Finale des Courses de Protection cette même année. 

Aujourd’hui, l’aficion reste au cœur de l’activité du Domaine.

Taureau de Camargue
Découverte des animaux de la Camargue
Un troupeau de taureaux en Camargue